Côtes du Rhône

trait

Dans le sud-est de la France, le long des deux rives du fleuve Rhône, poussent les vignobles du Côtes du Rhône. Appellation d’Origine Contrôlée et Protégée, ce terroir représente une aire géographique de 171 communes dont chaque vin expose sa propre richesse.

Histoire du Côtes-du-Rhône

Réputée comme l’une des premières régions viticoles du monde, la rive droite du Rhône accueillit les Romains dès 125 avant Jésus-Christ. Créateurs de la ville de Vienne, ils plantèrent la vigne dont la production, facilitée par un système de murets qui protégeaient les terrasses, fut relatée dans des écrits médiévaux et de la Renaissance.

Dès le XVIIe siècle, la viticulture se développe et s’exporte si bien qu’il devient nécessaire de la protéger. Une première réglementation de 1650 atteste de la qualité des vins provenant de la côte du Rhône. Le roi de France Louis XV renforce cette première mesure en 1737 au moyen d’un édit qui stipule de marquer les fûts de vin destinés à la vente, au feu, avec les lettres CDR.

Un siècle plus tard, la côte du Rhône devient les Côtes du Rhône en incluant les vignobles longeant la rive gauche du fleuve. Les grands tribunaux valideront cette distinction nominale en 1936, un an avant que le baron Le Roy obtienne l’Appellation d’Origne Contrôlée qui portera la renommée des vins Côtes du Rhône. Dernièrement, en 2004, dix nouvelles communes rejoignirent le label.

Les vins Côtes-du-Rhône

Désormais, le vignoble des Côtes du Rhône représente la plus grande appellation régionale derrière le bordelais. De Vienne à Avignon, les vins rouges, blancs et rosés offrent une variété de goûts provenant des différentes situations géographiques.

Les Côtes du Rhône rouges sont admirables grâce à leur robe sombre qui tire sur le violet. Le nez, à la fois racé et délicat, détecte les arômes de petits fruits rouges comme la framboise et la fraise. En bouche, les vins plus légers proviennent du Nord tandis que les plus charpentés dénotent leur origine du Sud. Les vins nouveaux se dégustent dans l’année, même si certains Côtes du Rhône se conservent en cave durant trois ans. Idéaux pour l’accompagnement d’une viande grillée, le vin rouge Côtes du Rhône se déguste à une température de 16°C.

Le vin blanc de Côtes du Rhône se distingue par une robe jaune aux reflets miroitants dorés. Son nez frais et ses arômes de fruits à chair blanche telle que la pêche laissent place à des élans grillés ou vanillés. En bouche, la fraîcheur ronde suit les préparations du nez. Les poissons en sauce ou grillés trouvent dans le Côtes du Rhône blanc le parfait allié, servi autour des 11°C.

Quant au vin rosé des Côtes du Rhône qui gagnerait à être davantage reconnu, il présente une robe rose aussi bien soutenu que pâle, selon les vignobles. Au nez, la framboise et la groseille se marient à l’ananas et à la poire. Les cuvées les plus complexes apportent des notes de violette. En bouche, ce vin rond rafraîchit par son acidité et sa persistance aromatique. À l’apéritif ou autour de charcuteries, le Côtes du Rhône rosé se sert à 12°C. 

Les vins Côtes du Rhône blanc

Vin du sud-est à la robe jaune brillant voire dorée, le Côte du Rhône blanc gagne les meilleures tables, assorti aux plats de poissons en sauces et de fruits de mer agrémentés. Issu des vignobles s’étendant de Vienne à Avignon et représentant la deuxième production française de vin après le bordelais, le vin blanc Côtes du Rhône porte les appellations AOC, AOP et Côtes du Rhône villages afin de représenter un vaste terroir de cépages aux nuances multiples emplies d’arômes de fruits à la chair blanche et de fleurs. Les vins vieux Côtes du Rhône accompagnent à merveille les grillades et se conservent en armoire de vieillissement jusqu’à quinze années. Si la récolte s’avère exceptionnelle, certains grands domaines comme le Châteauneuf-du-Pape blanc, le Condrieu ou l’Hermitage blanc peuvent se conserver encore plus longtemps.

Le Bourboulenc blanc

Le vin Bourboulenc blanc déploie ses vignes dans le sud de la France depuis le XVIe siècle. Installé en Provence, il est désormais reconnu pour ses arômes subtils qui s’épanouissent dans les assemblages de nombreux vins auxquels le Bourboulenc blanc apporte arômes et douceur. Peu alcoolisé, ce vin tardif, à la récolte à cheval sur septembre et octobre, présente des grappes aux baies oblongues dont la couleur blanche tire sur le rosé. De ses mille noms de Blanquette, Doucillon, Clairette, ne retenez que Bourboulenc et Dourcillon qui vous guideront jusqu’aux vignobles chauds et ensoleillés qui ravissent ce raisin à la peau ferme. Entrant dans la composition de Côtes-du-Rhône blanc, tel que le Châteauneuf-du-Pape, le Bourboulenc blanc équilibre également le Tavel, un vin rosé. Alors, osez et découvrez cette douceur provençale qui produit un raisin de table fort appréciable.

La Clairette blanc

Le cépage Clairette blanc naît en Italie avant de rejoindre le sud de la France, dans l’Hérault. Implanté dans plusieurs régions méridionales, il est également cultivé au Maghreb, en Afrique du Sud ou en Australie. Si sa renommée vient de son entrée dans la composition du vin pétillant Clairette de Die, ce vin blanc puissant gagne à être dégusté sous sa forme première. Très alcoolisé, il découvre des parfums de pomme, de fruits blancs et de tilleul. Il participe aussi aux vins d’appellation d’origine contrôlée Clairette de Bellegarde et Clairette du Languedoc. Cette dernière région l’a d’ailleurs accueilli de bonne heure afin de l’intégrer dans la composition du vermouth. Maintenant, le vin Clairette blanc entre dans la composition de la majorité des vins blancs des Côtes-du-Rhône et étend ses racines jusqu’en Californie. À déguster avec des plats à base de produits de la mer, avec le foie-gras de l’entrée et jusqu’au dessert.

Le vin Grenache blanc

Ce cépage originaire d’Espagne est une mutation du Grenache noir tout comme son autre familier, le Grenache gris. Longtemps utilisé pour les assemblages de vins rosés, le Grenache blanc s’illustre désormais dans l’élaboration de vins doux ou de vins blancs secs naturels dont la longueur en bouche se marie avec vos plats estivaux. Typique des terres du Sud de la France, le Grenache blanc intègre les Côtes-du-Rhône ainsi que le Rivesaltes ou le Banyuls. Son oxydation en fait l’un des composant du Rancio dont l’appellation et la couleur ambrée rappellent les origines ibériques de ce cépage reconnaissable à ses feuilles dentelées. Résistant au vent, le Grenache blanc se plaît sur les sols caillouteux et secs ce qui lui confère une grande résistance d’autant plus qu’il n’est pas particulièrement sensible au vent. Sa production s’amenuise pourtant en France et demeure limitée en Grèce ou en Afrique du Sud. Comme ses compagnons de terrain, il entre dans la composition du Châteauneuf-du-Pape, des Côtes-du-Rhône et s’assemble avec la Roussanne, la Marsanne ou encore le Bourboulenc. Précoce, ce vin long en bouche expose des arômes de fenouil, d’aneth, de fruits à chair blanche et de melon.

Le Marsanne blanc

Le cépage Marsanne blanc témoigne d’origines anciennes dont le berceau se situe dans le village éponyme dans la Drôme. Cépage installé le long des côtes du Rhône, il s’est étendu dans le sud de la France et intègre les grandes appellations telles que celle de l’Hermitage. Surnommé la roussette à cause de ses grains blancs allant jusqu’au roux et de sa productivité remarquable, le Marsanne blanc se lie avec le cépage Roussanne blanc pour former des vins légers aux arômes de fruits blancs et de fleurs épicées. Autre particularité de ce vin né dans la région de Montélimar, il entre dans l’élaboration de vins pétillants du Languedoc-Roussillon. Les arômes fins distinguent ces vins de Corbières ou de Minervois afin d’accompagner vos apéritifs ou vos plats de viandes blanches grillées.

La Roussanne blanc

De production discrète, le vin blanc la Roussanne est avant tout un vin blanc du Rhône. Pourtant, son territoire s’étend désormais à la Savoie, au Bordelais ainsi qu’au Languedoc ou encore au Roussillon. Vin blanc qui s’améliore avec la conservation, la Roussanne blanc expose une robe jaune paille qui se montre discrète par rapport à son nez vif et complexe. Les arômes d’aubépine, d’abricot, de miel et de fleurs comme le narcisse lui confèrent un bouquet unique. Entrant dans l’assemblage de nombreux vins du sud de la France, la Roussanne se lie à la Marsanne sous les appellations de Châteauneuf-du-Pape, de Côtes-du-Rhône ou de Crozes-Hermitage. Ce vin puissant se déguste également pur pour savourer un nez ample relevé de café, de chèvrefeuille, d’iris et de pivoine. Cépage à découvrir, la Roussanne blanc se reconnaît par son vignoble placé en terre calcaire et caillouteuse. La forme cylindrique de ses grappes ainsi que la couleur rousse de ses baies arrivées à maturité vous flattent l’œil avant de vous conquérir la bouche.

Le Viognier blanc

Le cépage Viognier blanc trouve ses origines dans les coteaux du Rhône. D’abord discrète, sa culture s’est étendue sur tous les territoires du sud et du centre de la France jusqu’à franchir les frontières depuis plusieurs années. Cultivé au Portugal et aux États-Unis, ce vin aux multiples arômes gagne ses lettres de noblesse jusqu’en Australie. Unique cépage des vins Condrieu et Château Grillet, il participe au célèbre Côtes rôties. La vigne de Viognier blanc couple les paradoxes en nécessitant un sol caillouteux sans sécheresse et un apport généreux de soleil sans grande chaleur. Peu fertile et donc précieux, le Viognier blanc attise votre nez de chèvrefeuille et de citron, de coing et d’épices pour allier suavité et fraîcheur.

Le Côtes-du-Rhône rouge

La production du Côtes-du-Rhône rouge se fait dans la région du Rhône-méridional. Véritable emblème d’un patrimoine et d’une culture locale, son appellation est protégée par les labels AOC et AOP. Le vignoble est durement protégé, et seuls les départements du Vaucluse, de l'Ardèche, de la Drôme, du Gard, du Rhône et de la Loire peuvent prétendre à cette appellation. En effet, pour préserver sa qualité, ce cépage à besoin d’un climat méditerranéen bien définie et d’une qualité de sol calcaire et argileuse. Véritable rouge, le Côtes du Rhône rouge possède un robe sombre avec des reflets violets qui lui donnent une grande profondeur. Son goût est caractérisé par des arômes fruités très intenses qui se marient parfaitement avec les viandes rouges. La puissance de ses arômes permet d’obtenir de légères variantes en fonction de la qualité du cépage et de son traitement qui permettent à chaque domaine d’y apposer leur touche personnelle. Les plus grandes bouteilles de ce cépage peuvent aisément dépasser les 25 ans de conservation du moment que les conditions sont idéales.

Le Grenache noir

A la deuxième place en France derrière le merlot, le grenache noir est l’un des cépages rouges les plus apprécié dans le monde. Ces propriétés aussi bien gustatives que qualitatives permettent de réaliser des vins rouges puissants, mais aussi des vins rosés très doux. Utilisé pendant des siècles pour la réalisation d’un alcool médical, le grenache noir porte derrière lui un passé chargé d’histoire. De nombreuses cultures on adoptées le grenache noir comme partie intégrante de leur patrimoine. On le retrouve dissimulé sous de nombreuses autres appellations en fonction du lieu dans lequel on le trouve, mais sa nature reste la même. Il est un incontournable des vins doux et nombre d’AOP nécessitent ce cépage pour devenir valide. Bien que son origine ne soit pas certaine, le grenache noir de par sa forte résistance à la sécheresse a su coloniser certains des plus beaux endroits de France et d’Espagne.

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer Tout accepter Personnaliser